Cicatrices ou le Tiers Exclu

Comment parler d’un sujet qui commence par l’absence du père, qui se poursuit par 15 ans à l’ombre ouvragée d’un phallus géant et se termine par une théorie absconse sur le tiers qu’on exclut pour créer l’espace communicationnel. Mieux vaut…

Pour une (re)définition du concept de technologie

Pour paraphraser la définition que donne Martin Heidegger de la technique – «s’y connaître dans le fait de produire» — nous dirons : «est technologique ce qui s’y connaît dans le fait de de produire». Mais cette définition ne nous dispense pas d’une réflexion étymologique, historique et anthropologique sur le substantif «technologie». Réflexion dont voici une première approche rédigée à l’aube du Web dans les années 1995.

Rencontre avec Linton Kwesi Johnson

« Je suis né en Jamaïque en 1952, je suis venu en Angleterre quand j’avais 11 ans. J’ai grandi au sud de Londres, à Brixton, dans la communauté noire. Je suis devenu politiquement conscient quand j’étais adolescent, vers 16, 17 ans. J’étais engagé dans le mouvement des Black Panthers, qui était une organisation luttant pour les droits des noirs en Angleterre. Et à travers les Black Panthers, j’ai découvert la littérature. Cela m’a donné l’envie d’écrire. L’un des écrivains qui m’a influencé a été l’Américain W.E.B. Du Bois et son livre  » The Soul of Black Folk  » (  » Les âmes du peuple noir « ). Une autre influence importante a été Chikaya U Tamsi du Congo. Il y a eu aussi Aimé Césaire de Martique, Langston Hughes des Etats-Unis, etc.
Donc, depuis que je suis adolescent, je suis engagé dans la politique et la poésie. J’ai commencé à enregistrer des disques à la fin des années 70. »